Chyawanprash, confiture de jouvence

Chyawanprash, confiture de jouvence

Après avoir abordé les propriétés spécifiques de certaines épices en termes d’immunité (curcuma, coriandre, cumin et ail), je vous propose de partir aujourd’hui à la découverte d’une préparation ayurvédique bien connue des familles indiennes : le Chyavanprash.

Le Chyavanprash est un remède très ancien utilisé en Ayurveda depuis des millénaires. Il est mentionné pour la première fois dans Charaka Samhita au 1er siècle avant notre ère.

Il fait partie des toniques généraux, appelés Rasayana en sanskrit, ce qui signifie « qui régénère le corps ». Le terme Rasayana est souvent traduit comme « ce qui apporte le rajeunissement » ou « ce qui empêche de vieillir », mais il faut vraiment le voir comme une aide à la régénération des tissus, ce qui induit de fait un renouvellement et un rajeunissement des tissus, dans le but de se maintenir en bonne santé tout au long de sa vie.

Le Chyavanprash contient une quarantaine de plantes différentes (47 selon la recette traditionnelle), dont l’ Amalaki ( Amla ou groseille indienne) qui en est le composant principal. Il est couramment appelé confiture ayurvédique, car il a l’aspect et la consistance d’une confiture épaisse, de couleur brun-noir.

Un peu de linguistique…

Chyavanprash est composé de 2 mots : Chyavan qui fait référence à Chyavana, un homme érudit et sage (appelé Rishi en sanskrit), et prash qui signifie « aliment spécialement préparé ».

A l’époque des Rishis , il y a plus de 10 000 ans, Chyavana vivait à l’écart du monde dans son Ashram, observant des règles de vie strictes afin de parvenir au Samadhi (l’Illumination décrites dans les textes sacrés de philosophie hindoue qui permet de briser le cercle des renaissances).

Il fit un jour la connaissance de Sukanya qui était de passage à l’Ashram avec son père le Roi Sharyati . A la suite d’une faute commise malencontreusement par Sukanya envers Chyavana , cette dernière fut donnée en mariage au vieux Rishi. Pour réparer sa faute, elle accepta. Chyavana était un homme bon, avec qui elle était heureuse. Mais le Sage vieillissait et s’en trouvait malheureux. Un jour que les 2 jumeaux Ashvinis (thérapeutes célestes détenant le secret de la jeunesse éternelle) visitaient son Ashram , Chyavana leur demanda de l’aide pour retrouver sa jeunesse et sa vigueur passées. Ils acceptèrent, à condition que Sukanya parvienne à reconnaitre son mari parmi 3 hommes rajeunis après s’être baignés dans un lac rempli de plantes médicinales. Elle réussit à identifier son époux parmi les 3 hommes, ce qui permit à Chyavana de rester éternellement jeune et en bonne santé.

Selon les régions, on trouve différentes transcriptions du Chyawanprash qui font toutes référence au même produit :chyavanaprasha, chyavanaprash, chyavanaprasam et chyawanaprash.

  • Sanskrit : Chyawanprash ou छ्यवन्प्रश्
  • Hindi : Chyawanprash ou छ्यवन्प्रश्

Ses vertus médicinales

Voici quelques vertus du Chyawanprash:

  • Calme la toux et l’asthme
  • Soulage la constipation
  • Riche en vitamines
  • Renforce le système immunitaire
  • Améliore la mémoire et la concentration
  • Calme le système nerveux
  • Ralentit les effets du vieillissement
  • Améliore la fertilité et régularise les règles
  • Purifie le sang, élimine les toxines et apporte son soutien au foie
  • Améliore le teint et combat les affections de la peau
  • Renforce le pouvoir de digestion, d’absorption et d’assimilation de la nourriture
  • Agit comme un antidépresseur et un anxiolytique sur les personnes dépressives.
  • Améliore l’absorption du calcium et permet d’avoir des os et des dents plus forts
  • Améliore le tonus musculaire en améliorant la synthèse des protéines

Ses propriétés selon l’Ayurveda

Chyawanprash est composé de différentes plantes et épices mélangées à du miel naturel (non chauffé comme c’est souvent le cas aujourd’hui dans les différents procédés de pasteurisation nécessaires au commerce), du jaggery (sucre de canne non raffiné), de l’huile de sésame noir et du ghee (beurre clarifié). Le miel, l’huile de sésame et le ghee sont des yogavahis, c’est-à-dire qu’ils transportent les différentes herbes et épices jusqu’aux tissus profonds. Le jaggery quant à lui est utilisé comme conservateur (samvahaka dravya).

Il est composé d’une multitude de plantes et d’épices, que l’on peut diviser en 5 catégories :

  • Pradhana dravya (ingrédient principal) : Pulpe d’Amla (Amalaki). L’Amla est très riche en vitamine C naturelle qui va permettre de stimuler l’immunité et le métabolisme, et jouer un rôle préventif dans la survenue de certaines maladies virales et bactériennes, notamment le rhume et la grippe. C’est aussi un stimulant digestif, bénéfique lors d’une prise en charge pour perte de poids.
  • Samvahaka dravya (conservateur) : Matsyandika (sucre)
  • Prakshepaka dravya: Madhu (miel) et 6 épices additionnelles (Pippali, Ela, Tuga, Tvak, Patra et Keshara) Le miel contient une grande quantité de phytonutriments dont les bénéfices principaux vont permettre de traiter les pathologies respiratoires, soutenir la digestion, participer à la santé de la peau et des cheveux, aider à la perte de poids et soulager les maux de gorge.
  • Yamaka dravya: ghee (beurre clarifié) et huile de sésame. Le ghee est l’une des sources d’énergie les plus pures. Il maintient la chaleur du corps, aide à la perte de poids, soulage la congestion nasale, stimule la digestion, permet d’équilibrer le diabète et de de maintenir une fonction cardiaque optimale.
  • Kwatha dravya (décoction de 36 plantes/épices). Voir liste complète dans la partie Préparation)

Voici sa carte d’identité ayurvédique :

  • Rasa(goût) : pancharasa (5 rasas ), il manque amla (acide)
  • Guna (qualité) : snigdha (onctueux, lubrifiant), tikshna (intense, puissant), pichchhila (visqueux, glissant), guru (lourd, difficile à digérer). Qualités tamasiques (de Tamas , l’un des 3 gunas )
  • Veerya (propriété avant digestion) : ushna (chauffant)
  • Vipaaka (propriété après digestion) : katu (piquant, épicé)
  • Doshakarma (effet sur les doshas) : vatakapha-shamaka (permet d’apaiser et de réduire si besoin Vata et Kapha ), augmente Pitta dosha
  • Prabhava (action) : stimulant, carminatif, expectorant, reconstituant
  • Organes reliés : appareil reproducteur masculin

Il est recommandé de prendre Chyawanprash avec du lait tiède (lait de vache ou de brebis, ou encore lait d’amande), car cela augmente les qualités anti-inflammatoires naturellement présentes dans la préparation, et aide à la diffusion rapide vers les tissus profonds.

Il est néanmoins possible de consommer le Chyawanprash sans lait, notamment si vous êtes de constitution Vata et sujets aux troubles digestifs (notamment ballonnements et flatulences) ou si la consommation de lait avec le Chyawanprash occasionne ce type de désagrément digestif.

La posologie habituellement recommandée est de 1 à 2 cuillers à café 1 à 2fois/jour, le matin à jeun et/ou le soir à distance du repas (30 mns avant le repas ou 2h après)..

Pour les enfants, attendre l’âge de 3 ans, puis donner ½ dose par rapport à ce qui est préconisé chez l’adulte, en commençant par ½ à 1 cuiller à café le matin selon l’âge de l’enfant.

Le Chyawanprash peut être consommé sans risque pendant la grossesse et l’allaitement. L’apport élevé de vitamine C présent naturellement dans l’ Amla en fait une aide précieuse au cours de la grossesse. Par ailleurs, le Chyawanprash augmente l’absorption du fer par l’organisme (notamment grâce à l’apport en vitamine C) et permets ainsi de lutter contre l’anémie ferriprive, très fréquente en cours de grossesse.

Attention : que ce soit pendant la grossesse ou l’allaitement, ou pour les enfants, il faut veiller à ne pas consommer un Chyawanprash contenant Makardhwaj, qui est une préparation à base de minéraux (soufre et mercure) qui seraient toxiques pour le fœtus et l’enfant.

Précautions d’emploi

  • Diabète : du fait de sa forte teneur en sucre et en miel, il est déconseillé aux personnes diabétiques de consommer du Chyawanprash « classique ». Il existe maintenant dans le commerce (marque Dabur notamment) des Chyawanprash adaptés aux personnes diabétiques. Il est aussi possible de préparer son propre Chyawanprash maison en limitant l’apport en sucre, il faudra dans ce cas bien veiller à la conservation car c’est l’une des raisons de la forte teneur en sucre, celui-ci agissant comme un conservateur ( samvahaka dravya ).
  • Allergie à l’un des composants

Méthodes de préparation

Voici 2 façons de préparer le Chyawanprash : la recette traditionnelle et la recette « maison », plus facilement adaptable aujourd’hui.

Tous les ingrédients se trouvent facilement dans les épiceries indiennes ou sur internet, en prenant bien garde à la qualité des produits achetés.

Préparation du Chyawanprash traditionnel

Ce mode de préparation est détaillée dans le manuel ayurvédique Bhaishjya Kalpana (Ayurvedic Pharmacy).

Ingrédients principaux

  • 500 gr d’Amla (fruits frais)
  • 300 ml d’huile de sésame
  • 300 gr de beurre clarifié (ghee) de vache (pas végétal)
  • 2500 gr de sucre de canne non raffiné type jaggery
  • 300 gr de miel

Le miel, le ghee et l’huile de sésame utilisés pour préparer le Chyawanprash servent de yogavahis. Un yogavahi est un terme sanskrit qui signifie agent catalytique, ce qui signifie qu’il amplifie les qualités des plantes/épices auxquelles il est associé. En cela il va aider à transporter les substances actives profondément dans les tissus.

Le sucre ajouté au Chyawanprash est considéré comme un samvahaka dravya.Samvahaka signifie « qui agit comme un conservateur ». Il aide à maintenir l’efficacité de l’ingrédient principal.

Plantes et épices utilisées pour la décoction

  • Bilva (Aegle marmelos)
  • Agnimantha (Clerodendrum phlomidis)
  • Shyonaka (Oroxylum indicum)
  • Kashmarya (Gmelina arborea)
  • Patala (Stereospermum suaveolens)
  • Bala (Sida cordifolia)
  • Mashaparni (Teramnus labialis)
  • Mudgaparni (Phaseolus trilobus)
  • Shalaparni (Desmodium gangeticum)
  • Prishniparni (Uraria picta)
  • Pippali (Piper longum)
  • Shvadamstra ou gokshura (Tribulus terrestris)
  • Brihati (Solanum indicum)
  • Kantakari (Solanum surattense)
  • Shringi (Pistacia chinensis)
  • Tamalaki (Phyllanthus niruri)
  • Draksha (Vitis vinifera)
  • Jivanti (Leptadenia reticulata)
  • Pushkara (Inula racemosa)
  • Aguru (Aquilaria agallocha)
  • Haritaki (Terminalia chebula)
  • Guduchi (Tinospora cordifolia)
  • Riddhi (Habenaria  intermedia)
  • Vridhi (Habenaria edgeworthii )
  • Jivaka (Malaxis acuminata)
  • Rishabhaka (Malaxis mucifera)
  • Shati (Heydichum spicatum)
  • Musta(Cyperus rotundus)
  • Punarnava (Boerhavia diffusa)
  • Meda (Polygonatum verticillatum)
  • Maha meda (Polygonatum cirrhifolium)
  • Sukshma Ela (Elettaria cardamomum)
  • Chandana (Santalum album)
  • Utpala (Nymphaea stellata)
  • Vidari (Pueraria tuberosa)
  • Vrusha ou vasa (Adhatoda vasica)
  • Kakoli (Roscoea pupurea)
  • Ksheer Kakoli (Lilium polphyllum)
  • Kakanasika (Martynia annua)

Dans les traités ayurvédiques, il est fait mention d’un groupe de huit plantes médicinales appelées ashtavarga. Il s’agit de jivaka, rishabhaka, meda, maha meda, kakoli, ksheer kakoli, ridhi et vridhi. Ces plantes sont qualifiées de plantes médicinales rares et font toujours l’objet de recherches botaniques. Il n’est pas aisé de se les procurer, même en Inde.

C’est pourquoi les traités ayurvédiques, proposent de remplacer ces 8 plantes par 4 plantes aux qualités similaires, et dont la disponibilité est beaucoup plus importante. Ce sont :

  • Shatavari (Asparagus racemosus)
  • Vidari kanda (Pueraria tuberosa)
  • Varahi kanda (Dioscorea bulbifera)
  • Ashwagandha (Withania somnifera)

Peser quatre tola (ancienne méthode de mesure du poids, 4 tola est égal à 50 grammes) de chacune des herbes mentionnées ci-dessus sous forme de poudre.

Epices additionnelles à ajouter à la fin

  • Vanshlochan (Bambusa bambos)- 200 gms
  • Badi pippali (Piper longum)- 100 gms
  • Dalchini (Cinnamomum zeylanicum)- 50 gms
  • Ela (Elettaria cardamomum)- 50 gms
  • Patra (Cinnamomum  tamala)- 50 gms
  • Nagakesara (Mesua ferrea)- 50 gms

  • Mettre le mélange de poudres dans un récipient en cuivre. Si vous utilisez un récipient en cuivre, il doit avoir un revêtement protecteur sur sa face intérieure. Vous pouvez également utiliser d’autres récipients comme l’acier inoxydable.
  • Faire tremper la poudre de plantes dans 13 litres d’eau et laissez reposer toute une nuit.
  • Le lendemain matin, faire bouillir ces herbes dans le même récipient. Lorsqu’il reste 4 à 5 litres d’eau, filtrer la décoction dans un autre récipient et réserver.
  • Ajouter ensuite l’Amla à la décoction. Lorsqu’ils sont complètement bouillis, les fruits deviennent mous. Retirer ensuite du feu et mettre de côté pour refroidir.
  • Une fois le mélange refroidi, sortir les fruits à l’aide d’une passoire. Conserver cette décoction dans un récipient.
  • Retirer les graines des fruits d’ Amla, puis écraser les fruits afin d’obtenir une purée.
  • Prendre six pala (environ 300 grammes) d’huile de sésame et de ghee. Faire chauffer ce mélange pendant un certain temps puis ajoutez l’Amla.
  • Faire frire l’Amla dans le mélange d’huiles à l’aide d’une spatule. Lorsque la couleur du mélange commence à changer et que le mélange de ghee et d’huile se sépare des fruits, arrêtez de faire frire, c’est le signe que les fruits sont bien frits.
  • Réserver les fruits frits dans un récipient séparé.
  • Prendre maintenant la décoction filtrée et versez-la dans un récipient, ajoutez environ un demi tola (environ 2,5 kilogrammes) de sucre et portez à ébullition jusqu’à ce que le sucre se dissolve.
  • Lorsque le sucre se dissout, faites-le bouillir à feu doux à moyen en remuant bien à l’aide d’une spatule. Poursuivre la cuisson jusqu’à l’obtention d’une consistance semi-solide ou épaisse. Vérifiez la consistance du mélange, et arrêter la cuisson si le mélange est suffisamment épais/semi-solide.
  • Voici comment vérifier si le mélange formé est correct ou non :

  • il doit avoir une odeur agréable.
  • Il doit couler immédiatement et ne pas se propager dans le bol.
  • Cela indique que le Chyawanprash a été fabriqué correctement, si le mélange formé est correct, arrêtez la cuisson et retirer du feu.
  • Ajouter l’Amla frit et bien mélanger, puis intégrer les épices et plantes additionnelles mentionnées plus haut dans les quantités mentionnées :
  • Réduire en poudre très fine toutes ces plantes/épices puis les intégrer dans le Chyawanprash en mélangeant bien.
  • Laisser refroidir complètement puis ajouter 300 grammes de miel et bien mélanger.
  • Le Chyawanprash est maintenant prêt à être consommé.
  • Conserver le mélange dans un récipient hermétique.

Préparation du Chyawanprash maison

Temps de préparation : 20 mns

Temps de cuisson : 40 mns

Ingrédients

  • 500 gr d’Amla
  • 400 gr de jaggery (sucre de canne non raffiné)
  • 85 gr de miel
  • 80 gr de ghee
  • 75ml d’huile de sésame
  • 2-3 brins de safran

Ingrédients pour la décoction

  • 25 gr de cardamome verte ( Choti Elaichi )
  • 12 gr de Triphala
  • 10 gr de santal blanc
  • 10 gr de Pippali (poivre long)
  • 10 gr de gingembre sec (saunth)
  • 1 feuille de laurier (tej patta)
  • 5gr de clous de girofle (laung)
  • 5gr de muscade (aiphal)
  • 1 bâton de cannelle (dalchini)
  • 5gr de poivre noir (kali mirch)

Optionnel car pas facilement trouvable en-dehors de l’Inde :

  • 5 gr de Dashamoola (remède ayurvédique composé de 10 plantes)
  • 12 gr Guduchi Satva (remède ayurvédique à base de Guduchi)
  • 12 gr Vanshalochan (silice de bambou)
  • 2.5 gr Prabal bhasma (remède ayurvédique à base de corail)
  • 2.5 gr Mrigashruga Bhasma (remède ayurvédique à base de corne de cerf)
  • 2.5 gm Nagkesar (plante ayurvédique de la famille des Calophyllaceae)

Préparation :

  • Mélanger toutes les poudres de la décoction dans un récipient.
  • Laver l’amla puis bien faire sécher les fruits.
  • Piquez-les avec une fourchette et faites-les cuire à la cocotte dans 500 ml d’eau environ 6 minutes après la reprise de l’ébullition.
  • Pendant ce temps, écrasez les cubes de jaggery en petits morceaux.
  • Mixer tous les ingrédients de la décoction afin d’obtenir une poudre très fine. Tamiser les épices en poudre et les feuilles puis réserver.
  • Quand la cuisson des fruits est terminée, laissez refroidir un peu puis retirez les graines. Déposer les fruits dans un récipient et écrasez les avec un mixeur plongeant afin d’obtenir une pâte très lisse.
  • Chauffez un wok à fond large (si possible utilisez un wok en fonte) et ajoutez-y le ghee . Une fois le ghee fondu, ajoutez-y la purée d’amla. Mélangez bien et faites cuire à feu doux jusqu’à ce que le liquide s’évapore et que le mélange devienne un peu épais.
  • Ajoutez maintenant le jaggery et mélangez bien. Continuez à remuer et à cuire le mélange jusqu’à ce que tout le jaggery fonde et que le mélange recommence à épaissir.
    La couleur du mélange va commencer à foncer un peu après l’ajout de jaggery.
  • Il est possible de voir des bulles jaillir du mélange pendant la cuisson. Attention, le mélange est très chaud ! Continuer à remuer continuellement à feu doux pendant encore 5 à 7 minutes.
  • Une fois que le mélange est suffisamment épais, ajouter le mélange d’épices / herbes et mélanger avec une spatule.
  • Le mélange va continuer à s’épaissir et à s’assombrir davantage. Poursuivre la cuisson pendant quelques minutes encore.
  • Ajoutez enfin les brins de safran et remuez rapidement. Cuire encore 1 à 2 minutes puis éteindre le feu et laissez le mélange refroidir complètement.
  • Transférer la préparation une fois refroidie dans un pot en verre pour une meilleure conservation.
  • Se conserve à température ambiante dans un endroit frais et sec pendant 4 à 6 mois.

Où se procurer Chyawanprash

Il existe de nombreux laboratoires qui fabriquent leur propre Chaywanprash. Parmi les nombreux modèles existants, j’en ai listés 3, testés et approuvés depuis de nombreuses années :

On les trouve facilement sur internet (www.ganeshayurveda.com) ou en épicerie indienne, notamment dans le quartier de La Chapelle à Paris.

Pour conclure…

Voici en sanskrit, tel que décrit et expliqué dans Caraka Saṃhitā, le mode de préparation et les ingrédients nécessaires à la fabrication du Chyawanprash.

Chyavanaprasha

बिल्वोऽग्निमन्थः श्योनाकः काश्मर्यः पाटलिर्बला|

पर्ण्यश्चतस्रः पिप्पल्यः श्वदंष्ट्रा बृहतीद्वयम्||६२||

शृङ्गी तामलकी द्राक्षा जीवन्ती पुष्करागुरु|

अभया चामृता ऋद्धिर्जीवकर्षभकौ शटी||६३||

मुस्तं पुनर्नवा मेदा सैला चन्दनमुत्पलम्|

विदारी वृषमूलानि काकोली काकनासिका||६४||

एषां पलोन्मितान् भागाञ्छतान्यामलकस्य च|

पञ्च दद्यात्तदैकध्यं जलद्रोणे विपाचयेत्||६५||

ज्ञात्वा गतरसान्येतान्यौषधान्यथ तं रसम्|

तच्चामलकमुद्धृत्य निष्कुलं तैलसर्पिषोः||६६||

पलद्वादशके भृष्ट्वा दत्त्वा चार्धतुलां भिषक्|

मत्स्यण्डिकायाः पूताया लेहवत्साधु साधयेत्||६७||

षट्पलं मधुनश्चात्र सिद्धशीते प्रदापयेत्|

चतुष्पलं तुगाक्षीर्याः पिप्पलीद्विपलं तथा||६८||

पलमेकं निदध्याच्च त्वगेलापत्रकेशरात्|

इत्ययं च्यवनप्राशः परमुक्तो रसायनः||६९||

कासश्वासहरश्चैव विशेषेणोपदिश्यते|

क्षीणक्षतानां वृद्धानां बालानांचाङ्गवर्धनः||७०||

स्वरक्षयमुरोरोगं हृद्रोगं वातशोणितम्|

पिपासां मूत्रशुक्रस्थान् दोषांश्चाप्यपकर्षति||७१||

अस्य मात्रांप्रयुञ्जीत योपरुन्ध्यान्न भोजनम्|

अस्य प्रयोगाच्च्यवनःसुवृद्धोऽभूत्पुनर्युवा||७२||

मेधां स्मृतिं कान्तिमनामयत्वमायुःप्रकर्षं बलमिन्द्रियाणाम्|

स्त्रीषु प्रहर्षं परमग्निवृद्धिं वर्णप्रसादंपवनानुलोम्यम्||७३||

रसायनस्यास्य नरः प्रयोगाल्लभेत जीर्णोऽपि कुटीप्रवेशात्|

जराकृतं रूपमपास्य सर्वं बिभर्ति रूपं नवयौवनस्य||७४||

(इति च्यवनप्राशः)|

Caraka-Saṃhitā, Cikitsāsthānam, [CH I :1], [62-74]

Bibliographie

Livres

  • Caraka-Saṃhitā, volume III, R.K. Sharma et Bhagwan Dash, Chowkhamba Sanskrit series office, Varanasi
  • The principles and practice of Kāya Cikitsā, Dr Suresh Babu, Chaukhamba Orientalia, Varanasi
  • Handbook of ayurvedic medicinal plants, Dr Shyam Mani Adhikari, Punya Prabha Adhikari publisher, 2017
  • La divinité des plantes, guide ayurvédique de phytothérapie, Dr David Frawley et Dr Vasant Lad, Editions Turiya, 2001
  • La santé par l’Ayurveda, Dr David Frawley, Editions Turiya

Sites web

Pin It on Pinterest

PANIER
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
0